Cours PSE CAP – L’individu dans son milieu professionnel, impliqué dans la prévention des risques

Les différents contrats de travail

Définition d’un contrat de travail

Un contrat de travail est un document effectué lorsqu’une personne (un salarié) travaille pour un employeur en échange d’une rémunération.

Tout contrat doit être écrit sauf s’il s’agit d’un contrat à durée indéterminée à temps plein. Dans ce cas, un accord tacite entre les deux parties peut être effectué mais l’employeur devra néanmoins remettre au salarié une déclaration préalable à l’embauche.

 

Informations contenues dans un contrat de travail

Tout contrat explicite les conditions de travail ainsi que les droits et obligations de chacun.

Il doit comporter les informations suivantes :

  • La qualification du salarié et sa fonction.
  • Le lieu de travail.
  • La durée du travail et la date de fin de contrat.
  • La rémunération et les détails qui y sont liés.
  • Les congés payés.
  • La période d’essai.
  • Le délai de préavis en cas de rupture du contrat.
  • Le nom et l’adresse de la caisse de retraite complémentaire.

 

Les différents types de contrats de travail

Il existe quatre types de contrats différents :

  • Le contrat à durée indéterminée (CDI) : Il n’inclut pas de fin de contrat. Il peut être à temps plein ou à temps partiel.
  • Le contrat à durée déterminée (CDD) : Il implique une durée de contrat limitée dans le temps. Il peut être renouvelé une fois mais ne peut excéder 18 mois de travail consécutif (sinon le salarié passe en CDI).
  • Le contrat d’apprentissage ou professionnel : Ces contrats sont signés lorsque le salarié poursuit une formation en entreprise tout en ayant par ailleurs des cours dans un centre de formation. Le salarié a alors un maître de stage qui l’assiste lors de sa formation.
  • Le contrat d’intérim ou contrat de travail temporaire (CTT) : Dans ce cas, le salarié effectue une mission pour une durée de travail précise qui est spécifiée dans son contrat de travail.

L’inspection du travail

L’inspection du travail a comme mission d’inspecter les conditions de travail.Il doit s’assurer que celles-ci respectent les conventions collectives et le code du travail.

 

En résumé :

Définition d’un contrat de travail
  • – Il lie le salarié et l’employeur pour une tâche rémunérée.
  • – Il fixe les modalités d’engagement (temps, horaire, congés payés, etc.).
  • – Il doit être obligatoirement écrits (sauf CDI temps pleins).
Informations contenues dans un contrat de travail
  • – La qualification du salarié et sa fonction.
  • – Le lieu de travail.
  • – La durée du travail.
  • – La rémunération.
  • – Les congés payés.
  • – La période d’essai.
  • – Le délai de préavis.
  • – Le nom et l’adresse de la caisse de retraite complémentaire.
Les différents types de contrats de travail
  • – Contrat à durée indéterminée.
  • – Contrat à durée déterminée.
  • – Contrat d’apprentissage ou professionnel.
  • – Contrat d’interim.
L’inspection du travail
  • – L’inspecteur contrôle que le travail effectué par le salarié respecte les conventions du contrat ainsi que les conventions collectives et le code du travail.
  • – Il peut, si besoin, sanctionner.
Les différents contrats de travail
Les différents contrats de travail

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Les enjeux de la santé et de la sécurité au travail

Les enjeux des risques professionnels

Un accident ou une maladie qui se produit dans le cadre professionnel a des conséquences sur l’individu (maladie, handicap, arrêt de travail) mais aussi sur l’entreprise qui doit payer plus de cotisations sociales, trouver un remplaçant, génère des risques de retard dans sa production, etc.

Des employés en bonne santé et travaillant dans de bonnes conditions sont donc un facteur influençant sur la pérennité d’une entreprise.

 

Les accidents du travail

Un accident du travail est caractérisé par les faits suivants :

  • Il arrive pendant que l’employé est au travail, en heure de pause ou sur le chemin vers son travail.
  • Il est soudain et implique des lésions physiques ou psychologiques.

 

Les maladies professionnelles

Les maladies sont professionnelles lorsque l’employé est exposé de manière récurrente à des risques liés au travail. Ces risques peuvent être toxiques ou chimiques, liés à des microorganismes (ex. maladies infantiles) ou encore liés à l’environnement social (ex. pathologie du dos, grands stress, etc.). Ces maladies professionnelles sont répertoriées dans un tableau disponible sur le site de l’INRS.

Une maladie non répertoriée dans le tableau peut être reconnue comme étant professionnelle si le lien de cause à effet est établi et qu’elle entraîne au moins 25% d’incapacité.

Les obligations de l’employeur

L’employeur doit obligatoirement :

  • Veiller à la santé des employés en proposant des temps de formation en lien avec les risques du travail.
  • Assurer un cadre de travail sécurisé et une organisation adaptée.
  • Informer les employés sur les risques du travail effectué.

Les obligations du salarié

Le salarié doit :

  • Prévenir l’employeur dans les 24 heures en cas d’accident ou de maladie et doit prévenir la caisse primaire d’assurance maladie dans les 48 heures en cas d’accident et 15 jours pour les maladies.
  • Respecter et faire respecter les consignes de travail (règles de sécurité, d’hygiène, horaires, etc.).

 

En résumé :

Les enjeux des risques professionnels
  • – Impact négatif sur le salarié (handicap, absentéisme, mal être).
  • – Impact négatif pour l’entreprise et augmentation des coûts directs (ex. cotisations sociales) et indirects (ex. retard de production)
Les accidents du travail
  • – Ils se produisent pendant le temps de travail, de pause ou sur le trajet.
  • – Ils impliquent des lésions physiques et psychologiques remarquables.
Les maladies professionnelles
  • – Elles sont recensées dans le tableau de l’INRS.
  • – Dans le cas contraire, ii faut établir un lien de cause à effet et qu’elle entraine au moins 25% d’incapacité globale.
Les obligations de l’employeur
  • – Aménagements (locaux et horaires) adaptés et sécurisés.
  • – Formations et préventions aux risques du métier.
  • – Informations des employés.
Les obligations du salarié
  • – Information de l’employeur dans les 24 heures.
  • – Contact avec la CPAM dans les 48 heures dans le cas d’un accident/15 jours dans le cas d’une maladie.
  • – Respect des règles de travail.
Les enjeux de la santé et de la sécurité au travail
Les enjeux de la santé et de la sécurité au travail

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

 

Les dispositions réglementaires en matière de santé au travail

Réglementations spécifiques

Les travailleurs de moins de 18 ans sont soumis à une réglementation particulière pour préserver davantage leur santé et leur sécurité. Certains travaux leur sont, entre autres, interdits.

Les nouveaux embauchés, c’est-à-dire, les personnes entamant un travail impliquant des compétences nouvelles, doivent au préalable :

  • Passer un examen médical.
  • Recevoir un livret d’information sur les risques du travail.
  • Suivre une formation à la sécurité.

 

Déclaration d’un accident du travail

Si un accident du travail survient, il faut :

  • Prévenir l’employeur dans les 24 heures.
  • Consulter un médecin pour faire constater les blessures. Celui-ci établira alors un certificat médical.
  • L’employeur doit prévenir la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) dans les 48 heures.

La CPAM a un délai de 30 jours pour vérifier si l’accident est effectivement à caractère professionnel ou pas.

Prise en charge des soins et indemnités journalières

Les soins médicaux et chirurgicaux sont pris en charge à 100% par la sécurité sociale.

Une indemnité pour incapacité de travail est également versée au travailleur en compensation à son salaire.

Si l’employé garde des séquelles, une indemnité permanente lui sera versée.

Si l’accident s’est avéré mortel pour l’employé, la famille touche alors une rente réversion.

 

En résumé :

Réglementations spécifiques
  • – Réglementations spécifiques pour les moins de 18 ans pour préserver leur santé et leur sécurité.
  • – Devoirs des nouveaux embauchés : visite médicale, information des risques liés au travail et formation à la sécurité.
Déclaration d’un accident du travail
  • – L’employé doit prévenir l’employeur dans les 24 heures + consulter un médecin.
  • – L’employeur doit prévenir la caisse primaire d’assurance maladie dans les 48 heures.
  • – La CPAM analyse le caractère professionnel de l’accident ou de la maladie.
Prise en charge des soins et indemnités journalières
  • – 100% de prise en charge par la sécurité sociale des soins médicaux et chirurgicaux.
  • – Indemnités en cas d’incapacité de travail.
  • – Indemnités en cas de séquelles permanentes.
  • – Indemnités versées à la famille en cas de décès.
Réglementation santé au travail
Réglementation santé au travail

 

La démarche de prévention appliquée à une activité de travail et à un risque spécifique du métier

 

Causes principales des risques du travail

Le travail et les risques liés sont influencés par les qualifications de l’employé, le lieu de travail, les conditions de travail et le type de travail effectué.

La majorité des risques sont liés à la manutention. 48% des accidents surviennent dans ce domaine. Viennent ensuite les chutes de hauteur (17,1%), les accidents dus à des outils (14,9%) et des chutes simples (13,8%).

Pour diminuer au maximum les risques d’accident du travail, chaque entreprise doit éditer des consignes de sécurité qui informent les employés sur les risques potentiels liés au travail effectué.

 

Analyser la situation

Pour évaluer les risques, il faut pouvoir analyser le niveau de gravité (faible ou grave) et le niveau de probabilité (très improbable ou prévisible).

Lorsqu’un problème surgit, des méthodes simples permettent de comprendre ce qui vient de se passer.

On peut se poser la question dite “QQOQCP” = quoi, qui, où, quand, comment et pourquoi.

Une autre méthode est appelée “arête de poisson” et consiste à considérer l’événement comme la tête de poisson et les causes comme les arêtes. Les arêtes regroupent cinq critères (“5 M”) : matière, matériel, méthode, main d’oeuvre, milieu.

Les mesures de prévention et de protection

Il est important de réduire au maximum les risques liés au travail. Pour cela, plusieurs mesures peuvent être mises en place :

  • L’évaluation régulière des risques.
  • Être vigilant pour éviter un maximum de risques.
  • Adapter régulièrement le lieu de travail en fonction des avancées technologiques ou pour éliminer au maximum ce qui est dangereux.
  • Adapter le travail à l’homme pour qu’il reste supportable.
  • Informer et former les employés.

En résumé :

Causes principales des risques du travail
  • – Les risques dépendent de : la qualification de l’employé, le lieu, les conditions et le type de travail à faire.
  • – Risques majoritaires : manutention, chûtes, outils.
Analyser la situation
  • – En cas d’accident, il faut analyser la situation en répondant aux questions “QQOQCP” qui, quoi où, quand, comment, pourquoi) ou utiliser la méthode en arête de poisson en répondant aux “5M” (matériel, main d’œuvre, matière, méthode, milieu).
Les mesures de prévention et de protection
  • – Évaluation fréquente des risques du travail.
  • – Vigilance.
  • – Adaptation du lieu de travail.
  • – Adaptation du travail à l’homme.
  • – Formation et information des employés.
La démarche de prévention
La démarche de prévention

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Les risques liés à l’activité physique du métier

Origines des maux

Les risques liés à l’activité physique sont les causes principales d’accidents et de maladies professionnelles.

Les lésions physiques peuvent avoir pour cause :

  • Une répétition de gestes qui sollicitent toujours la même partie du corps.
  • Une posture inadaptée pour le corps.
  • Un effort trop grand.
  • Une fatigue qui s’est installée à cause de diverses contraintes (diminution du temps de réalisation du travail, diminution de la qualité des conditions de travail, …).

Types de risques physiques

Les lésions corporelles peuvent être de plusieurs ordres :

  • Les maux liés à la colonne vertébrale : lombalgies, cervicalgies, dorsalgie.
  • Les accidents traumatiques lors de chutes ou de chocs.
  • Les fatigues et les douleurs récurrentes.
  • Les maladies cardio-vasculaires (AVC).
  • L’hyperthermie ou les atteintes cutanées (mycoses, coups de chaleur, …).

Risques de chutes et de glissades

Les risques de chutes ou de glissades peuvent être dus à plusieurs facteurs :

  • Un environnement inadapté (trop étroit, glissant, …).
  • Une organisation du travail mal gérée (urgence, réalisation de plusieurs tâches en même temps, …),
  • Du matériel défectueux ou obsolète.
  • Un comportement inadéquat (manque d’attention, stress, …).

Cela peut entraîner des lésions à court terme ou à long terme de gravité diverses.

Prévention

Au niveau collectif, les employeurs doivent s’assurer que les conditions de travail, l’organisation de celui-ci et les méthodes impliquent un maximum de sécurité pour les employés (éclairage correct, plan de circulation, horaires adaptés, etc.). Ceux-ci doivent également être formés et informés des risques potentiels du métier.

Au niveau individuel, l’employé doit porter des équipements adaptés (EPI) et doit veiller à réaliser des gestes et des postures adéquats.

En résumé :

Origines des maux
  • – Gestes répétitifs.
  • – Postures inadaptées.
  • – Charges trop lourdes.
  • – Fatigue, stress.
Types de risques physiques
  • – Lésions à la colonne vertébrale.
  • – Chocs traumatiques.
  • – Problèmes cardio-vasculaires.
  • – Problèmes cutanés.
  • – Hyperthermie.
Causes des risques de chutes et de glissades
  • – Lieu inadapté.
  • – Mauvaise organisation du travail.
  • – Gestes inappropriés.
  • – Matériel obsolète.
Prévention
  • – Conditions de travail offrant un maximum de sécurité et respectant les conventions collectives (Code du travail).
  • – Formation et information des employés.
  • – Port des EPI.
Les risques liés à l'activité physique du métier
Les risques liés à l’activité physique du métier

Risques spécifiques du métier

Le risque lié au bruit

Un bruit de plus de 80 dB peut provoquer des lésions extra-auditives et une diminution de l’audition. Au-delà, des surdités peuvent apparaître et être permanentes.

Les accidents ou maladies liés au bruit peuvent provenir d’un environnement bruyant mais aussi de bruits forts et soudains (impact, explosion).

Pour parer au risque de lésions liées au bruit, l’employeur doit faire de son mieux pour diminuer les bruits ambiants ou les temps d’exposition, signaler les zones de bruits et isoler acoustiquement les locaux.

Au niveau individuel, l’employé doit utiliser des EPI adaptés (par ex. Un casque) et doit régulièrement faire une révision médicale.

 

Le risque chimique

Une intoxication chimique peut avoir lieu par contact cutané, par inhalation ou encore par ingestion. L’intoxication peut être immédiate et de courte durée, mais peut aussi provoquer des effets récurrents (chroniques) ou des allergies.

Il est nécessaire de connaître les pictogrammes pour savoir à quel type de produit et de danger l’employé est exposé.

Pour éviter les risques chimiques, il faut :

  • Remplacer autant que possible les produits dangereux par des produits moins nocifs.
  • Informer et former le personnel.
  • Étiqueter correctement chaque produit et avoir le mode d’emploi à portée de main.
  • Conserver les produits dans des endroits adaptés et ventilés et ne garder que des petites quantités à portée de main.
  • Porter les EPI nécessaires.
  • Ne jamais mélanger deux produits ou s’assurer qu’il n’y a pas de risques.

 

Le risque mécanique

Il s’agit de risques liés à du matériel mécanique (outils, lames, etc.) et qui peuvent provoquer des accidents superficiels ou graves.

L’employeur doit donc s’assurer que le matériel mis à disposition est sécurisé et que le concepteur a prévu des systèmes de protection et de sécurité.

L’employé, quant à lui, doit porter des EPI adaptés, connaître les consignes de travail, connaître les risques de l’outil utilisé et s’assurer qu’il est utilisé correctement.

 

Le risque électrique

Les risques électriques sont principalement dus à du matériel obsolète ou du matériel qui a été laissé à portée de main de manière négligente.

L’individu peut alors être en danger d’électrisation ou d’électrocution (conséquences mortelles).

Pour parer aux risques électriques, l’entreprise doit s’assurer que les bâtiments et tout le matériel sont conformes aux normes reprises dans le Code du travail.

Au niveau individuel, l’employé intervenant dans les travaux électriques doit être habilité à ce genre de travail, doit porter des EPI et respecter les consignes de sécurité.

 

Le risque d’incendie et d’explosion

Les incendies et explosions peuvent avoir des conséquences dramatiques sur l’individu (asphyxie, intoxication, mort, …).

Il est donc nécessaire que l’entreprise diminue au maximum les risques d’explosion et d’incendies en respectant les réglementations et en mettant en place l’équipement nécessaire ainsi qu’un plan d’évacuation.

Les employés doivent être formés et respecter les consignes de sécurité.

 

Le risque lié à la charge mentale

Si l’employé a trop de travail à gérer, cela peut provoquer chez lui une charge mentale trop importante impliquant beaucoup de stress.

Face au stress, l’organisme va généralement d’abord résister en augmentant son rythme cardiaque et respiratoire pour s’adapter au maximum et va finir par s’épuiser.

L’épuisement a toujours des conséquences néfastes et parfois graves pour l’employé et les troubles physiques et psychologiques peuvent être très divers.

L’employé doit donc d’une part apprendre à gérer son stress et l’employeur doit, d’autre part, assurer des conditions de travail acceptables.

 

Le risque lié à l’ambiance lumineuse

Le manque de lumière, une sur-exposition lumineuse (aux écrans par exemple) ou un éclairage inadapté peuvent être source d’accidents ou de dégradations physiques et de fatigue visuelle, intellectuelle ou globale.

Pour diminuer les risques liés à l’ambiance lumineuse, il faut donc :

  • Au niveau collectif, s’assurer que les conditions de travail sont acceptables et respectent le Code du travail.
  • Adapter l’éclairage et assurer un entretien régulier.
  • Former le personnel.
  • Au niveau individuel, utiliser des EPI ainsi que des postures adaptées par rapport à l’éclairage et passer régulièrement des tests de vision.

Le risque lié aux brûlures

Les brûlures peuvent être dues à :

  • Un contact direct avec une flamme ou un produit chimique.
  • Un contact indirect avec un objet brûlant ou juste l’approche de celui-ci (ex. piercing qui chauffe).
  • Un frottement.
  • Un contact avec un objet électrique.
  • Un rayonnement (ex. coup de soleil).
  • Un contact avec le froid (gelure).

 

Les brûlures peuvent être superficielles où provoquer des lésions graves et handicapantes.

L’entreprise doit donc s’assurer que le matériel utilisé est conforme aux normes et que chaque produit est accompagné de sa fiche de sécurité.

Le personnel doit être formé et informé et doit être habillé d’EPI adéquats.

En résumé :

Le risque lié au bruit
  • – Inconforts et dommages à partir de 80dB.
  • – Devoir de l’employeur de diminuer au maximum les nuisances sonores.
  • – Devoir de l’employé de se protéger avec des EPI et en faisant réviser son ouïe régulièrement.
Le risque chimique
  • – Possibilité d’intoxication par inhalation, ingestion ou contact cutané.
  • – Importance de connaître les pictogrammes.
  • – Divers gestes préventifs sont possibles pour diminuer les risques d’accidents chimiques.
Le risque mécanique
  • – Importance d’un matériel sécure.
  • – Former et informer les employés.
  • – Port des EPI adaptés et habilitation à utiliser le matériel.
Le risque électrique
  • – Importance que les locaux et les matériaux soient conformes aux normes.
  • – Dans le cas contraire, risque d’électrisation ou d’électrocution.
Le risque d’incendie et d’explosion
  • – Respect des réglementations.
  • – Formation et information des employés aux règles de sécurité.
Le risque lié à la charge mentale
  • – Stress, résistance puis épuisement si la charge de travail est oppressante.
  • – Importance de conditions de travail adéquates.
  • – Apprentissage de la gestion du stress.
Le risque lié à l’ambiance lumineuse
  • – Risques de fatigues, d’accidents ou de lésions physiques liés à la sous-exposition ou à la sur-exposition de lumières.
  • – Importance des EPI et de tests réguliers de vision.
Le risque lié aux brûlures
  • – Brûlures directes, indirectes, par frottement, électriques, par rayonnement ou par le froid.
  • – L’employeur doit s’assurer que tout le matériel est conforme aux normes.
  • – L’employé doit revêtir des EPI et doit consulter les fiches de sécurité.
Les risques spécifiques
Les risques spécifiques

Les acteurs et les organismes de la prévention

Les acteurs de la prévention au sein de l’entreprise

L’employeur est la première personne devant s’assurer de la bonne santé de ses employés et des conditions de travail optimales.

Les employés doivent informer leur employeur et les autres acteurs de la prévention des risques existants dans le travail exécuté et le lieu de travail.

 

Le comité social et économique (CSE)

Depuis le 1er janvier 2020 toutes les entreprises de plus de 11 personnes doivent élire des représentants pour former un comité social et économique. Ces personnes sont élues pour 4 ans et doivent :

  • Assurer un relai pour les plaintes adressées à l’employeur.
  • Sensibiliser les employés à la santé et à la sécurité.
  • Contacter l’inspection du travail en cas de nécessité.

Le service de santé au travail

Il est composé de médecins du travail, d’infirmiers et d’assistants médicaux et sociaux. Ils ont pour mission de :

  • Organiser des temps de sensibilisation à la santé au travail.
  • Conseiller les employeurs pour le bien-être de tous au travail.
  • Conseiller et être à l’écoute des employés.
  • Permettre la traçabilité des mesures mises en place pour assurer la santé et la sécurité des employés.

Les acteurs de prévention extérieurs

L’inspection du travail a pour mission de s’assurer que les travailleurs sont en bonne santé et que les conventions collectives sont respectées.

L’INRS (institut national de recherche et de sécurité) promeut la prévention en matière de santé et de sécurité au travail.

 

En résumé

Dans l’entreprise
  • – L’employeur doit assurer la santé et la sécurité de ses employeurs.
  • – Les employés doivent tenir leur employeur au courant des risques potentiels, des accidents et des maladies.
  • – Le/s salarié/s compétent/s veille/nt au bien-être de l’ensemble des salariés.
Le comité social et économique (CSE)
  • – Il analyse les risques professionnels.
  • – Il assure un relai des plaintes auprès de l’employeur et de l’inspection du travail.
  • – Il sensibilise les employés à la santé et la sécurité au travail.
  • – Il facilite l’inclusion des femmes.
Le service de santé au travail
  • – Il est composé d’infirmiers, de médecins et d’assistants médicaux et sociaux.
  • – Il propose des temps de sensibilisation à la santé et à la sécurité au travail.
  • – Il conseille les employeurs.
  • – Il assure la bonne santé de chaque travailleur.
Les acteurs extérieurs à l’entreprise
  • – L’inspection du travail s’assure du respect des règles des conventions collectives et du bien-être de chacun.
  • – L’INRS intervient dans la prévention à la santé et à la sécurité.
Acteurs et organismes de la prévention
Acteurs et organismes de la prévention

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Le suivi médical des salariés et la vaccination

Visites médicales dans le milieu du travail

Tout nouveau salarié peut, s’il le souhaite, passer une visite médicale lorsque son contrat commence. Celle-ci n’est cependant obligatoire que pour :

  • Les personnes effectuant un métier à risque.
  • Les personnes reprenant le travail après une absence de plus de 30 jours.
  • Les personnes en arrêt de travail pour cause d’une maladie professionnelle.
  • Les femmes enceintes prenant un congé de maternité.

L’employeur ou le médecin du travail peut également demander au salarié de passer une visite médicale pour s’assurer de son aptitude au travail.

Les visites médicales obligatoires doivent être réitérées tous les 5 ans (et tous les 3 ans si la personne est handicapée).

 

La vaccination

La vaccination est l’acte d’introduire un agent pathogène affaibli (appelé antigène) dans l’organisme pour provoquer une réaction immunitaire de la part du corps qui produira ainsi des anticorps.

La vaccination permet donc de constituer une défense individuelle contre de graves maladies.

Les vaccinations de masse permettent à une population de se protéger collectivement contre des maladies.

Depuis 2018, 11 vaccins sont obligatoires en France : La diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’haemophilus influenzae B, l’hépatite B, le pneumocoque, la méningocoque de type C.

 

Certaines vaccinations supplémentaires peuvent être recommandées ou obligatoires en fonction des risques liés à certains types de professions.

 

En résumé

Visite médicale dans le milieu du travail
  • – Elle est généralement facultative.
  • – Elle est obligatoire pour :
    • – Les métiers à risque.
    • – Les personnes en arrêt de travail depuis plus de 30 jours.
    • – Les femmes enceintes avant leur congé de maternité.
    • – Les personnes en arrêt de travail à cause d’une maladie professionnelle.
    • – Si l’employeur ou le médecin du travail en fait la demande.
    • – Si elle est obligatoire, elle doit être refaite tous les 5 ans (et tous les 3 ans pour une personne handicapée).
La vaccination
  • – Il s’agit de l’introduction d’un antigène affaibli dans l’organisme pour que celui-ci fabrique des anticorps.
  • – Depuis 2018, 11 vaccins sont obligatoires en France.
  • – Les vaccins constituent une protection individuelle et collective.
Suivi médical des salariés et vaccination
Suivi médical des salariés et vaccination

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Les protocoles d’urgence

Quatre étapes clés en cas d’accident

En cas d’accident, quatre étapes sont à effectuer dans l’ordre afin de porter secours de la manière la plus efficace possible :

  1. Protéger la victime (et les personnes présentes) en s’assurant que la situation à risque ne peut plus se reproduire.
  2. Examiner la victime et récolter un maximum d’informations sur ce qui lui arrive.
  3. Alerter au plus vite les secours.
  4. Porter assistance dans la limite de ses compétences.

 

En cas de saignement

En cas de saignement, différentes étapes sont à suivre dans l’ordre :

  1. Nettoyer la plaie et, s’il s’agit d’un saignement du nez, faire pencher la tête vers l’avant.
  2. Compresser la partie blessée pour faire stopper l’hémorragie.
  3. Informer la famille, les supérieurs hiérarchiques ou les secours.
  4. Surveiller l’évolution de la plaie.

 

En cas de brûlure

Il faut d’abord analyser par quoi la victime a été brûlée :

  • S’il s’agit d’une brûlure chimique, il faut rincer abondamment.
  • S’il s’agit d’une brûlure électrique ou à cause d’un appareil thermique, il est conseillé de mettre  la partie brûlée sous l’eau froide.
  • S’il s’agit d’une brûlure par inhalation ou ingestion, il faut placer la victime de telle manière à lui permettre de respirer au mieux (en l’assaillant par exemple). S’il s’agit d’une brûlure chimique par ingestion, il est important de ne pas faire boire la victime avant d’avoir un avis médical.

 

En cas d’étouffement

Deux méthodes sont à appliquer pour désobstruer les voies respiratoires:

  • Pour les grands enfants : Elle consiste à maintenir le thorax tout en donnant 5 tapes entre les deux omoplates. Si les 5 tapes ne suffisent pas, il faut alors comprimer l’abdomen pour aider la victime à recracher l’objet.
  • Pour les enfants encore incapables de marcher : Il faut les maintenir en posant leur ventre sur l’avant bras et faire 5 tapes dans le dos. Si ces tapes ne donnent aucun succès, il faut alors effectuer des compressions thoraciques.

Dès que l’objet obstruant les voies respiratoires est dégagé, il faut arrêter toutes compressions. Si par contre, la personne continue à s’étouffer, il faut d’urgence appeler les secours.

 

En cas de traumatisme d’un membre

Il faut allonger la victime en lui demandant de ne pas bouger le membre lésé.

 

En cas de fièvre

Il faut prendre la température et informer le plus vite possible les supérieurs hiérarchiques ou les parents et surveiller l’enfant.

 

En cas de perte de connaissance

Il faut mettre la personne ou l’enfant sur le côté et prévenir immédiatement les secours.

 

En cas d’arrêt cardio-vasculaire

Effectuer une respiration artificielle en comprimant puis relâchant le thorax en faisant des cycles de 30 compressions puis de deux insufflations.

 

En résumé

Quatre étapes clés en cas d’accident
  • 1. Protéger.
  • 2. S’informer sur l’état de santé de la victime.
  • 3. Alerter les secours.
  • 4. Porter assistance.
En cas de saignement
  • – Nettoyer de la plaie.
  • – Compresser la blessure.
  • – Informer ou chercher du secours.
  • – Surveiller.
En cas de brûlure
  • – Brûlure chimique : rincer abondamment.
  • – Brûlure thermique/électrique : mettre sous l’eau froide.
  • – Brûlure par ingestion/inhalation : favoriser la respiration et attendre les secours avant toute action.
En cas d’étouffement
  • – Maintenir le thorax.
  • – Cinq tapes entre les omoplates.
  • – Compresser l’abdomen.
En cas de traumatisme d’un membre
  • – Allonger la victime.
En cas de fièvre
  • – Prendre la température.
  • – Communiquer avec les parents/le directeur.
  • – Donner, si c’est autorisé, un antipyrétique.
En cas de perte de connaissance
  • – Mettre la victime sur le côté.
  • – Appeler les secours.
En cas d’arrêt cardio-vasculaire
  • – Effectuer 30 compressions thoraciques et 2 insufflations.
  • – Recommencer jusqu’à ce que les secours arrivent.

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Cours PSE CAP – L’individu responsable dans son environnement

Les ressources en eau

Généralités

La terre est constituée de 97,2% d'eau salée et de 2,8% d'eau douce. Une grande partie de l'eau douce se trouve en profondeur dans des nappes souterraines (= nappes phréatiques).

L'eau douce est répartie de façon inégale sur la terre et 40% de la population mondiale vit en situation de stress hydrique. Le continent le plus touché par la pénurie d'eau est l'Afrique.

L'eau est donc un bien inestimable dont on doit prendre soin.

Le cycle de l'eau domestique

En Europe, l'eau à usage domestique passe par divers traitements avant d'arriver dans les maisons pour assurer sa potabilité. Il y a d'abord un tamisage pour évacuer les gros déchets, puis un traitement de décantation pour les déchets plus fins, une filtration au sable et au charbon actif et enfin un traitement chimique au chlore.

Les eaux usées sont également envoyées dans un cycle de traitement des eaux à la station d'épuration avant d'être renvoyées à la terre.

La consommation d'eau en France

Au niveau national, la plus grande partie de l'eau est utilisée pour l'irrigation des champs.

Au niveau domestique, ce sont les salles de bains et l'usage de bains, de toilettes à eau et de machines à laver qui usent le plus d'eau.

 

Les risques de pénurie et la prévention

En France, même si l'eau est abondante, il y a certaines régions qui souffrent de pénurie. Il est donc primordial de penser de manière optimale notre consommation d'eau et de récupérer si possible l'eau de pluie. 

En résumé

Les ressources en eau

- 97.2% d'eau salée sur Terre.
- 2.8% d'eau douce dont une grande partie se trouve sous terre dans des nappes phréatiques.
- Ressources en eau potable inégalement réparties (ex. stress hydrique en Afrique).

Le cycle de l'eau domestique

- Tamisage.
- Traitement de décantation.
- Filtration au sable et au charbon actif.
- Traitement chimique au chlore.
- Traitement des eaux usées dans les stations d'épuration.

La consommation d'eau en France

- L'irrigation des champs est la principale source de consommation d'eau.
- Dans nos maisons, la plus grosse consommation d'eau provient de l'usage de bains, des toilettes et des machines à laver.

Les risques de pénurie et la prévention

- Certaines régions en France sont touchées par des temps de sécheresse périodique.
- Importance d'user l'eau de la manière la plus consciencieuse possible et de mettre en place des systèmes de récupération d'eau.

Les ressources en eau
Les ressources en eau

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Les risques majeurs

Définition

Un risque est considéré comme étant majeur lorsqu'un aléa non maîtrisable entraîne des conséquences extrêmes et néfastes au niveau humain, écologique ou environnemental.

Repérer les risques majeurs

On recense quatre catégories de risques majeurs :

  1. Les risques majeurs naturels : séismes, inondations, cyclones et tempêtes, éruptions volcaniques, mouvements de terrain, avalanches, feux de forêt.
  2. Les risques majeurs technologiques : au sein des industries, les centrales nucléaires, risques biologiques d'origine humaine, ...
  3. Les risques majeurs liés aux transports collectifs : transports de matériaux dangereux ou de personnes.
  4. Les risques majeurs liés aux attentats et aux intrusions.

 

Moyens de prévention mis en place par l'État

Chaque premier mercredi du mois, les sirènes retentissent à midi de la manière suivante : 1 min 41 sec de bruit / 5 sec de silence / 1 min 41 sec de bruit.

Chaque commune doit établir un plan de prévention des risques naturels (PPRN) dans lequel sont signalées les zones d'aléas naturels et l'intensité de ces risques. Ces zones à risques sont repérées dans les plans locaux d'urbanisme (PLU). La commune doit également publier un document d'information communal sur les risques majeurs (DICRIM). Conjointement au PPRN, chaque département doit publier un dossier départemental sur les risques majeurs (DDRM). Tous ces documents doivent pouvoir être consultables librement par les citoyens.

Gestes à exécuter en cas de risque majeur

Lorsqu'un signal d'alerte persistant se fait entendre, il faut :

  • Se mettre le plus vite possible à l'abri.
  • Fermer toutes les fenêtres.
  • Écouter les informations données en tant réelles sur les médias et ne pas téléphoner pour laisser les fréquences libres pour les services de secours.
  • Attendre le signal de fin du risque majeur avant de sortir de son abri (30 secondes en continu).

 

En résumé :

Définition
  • - Les risques majeurs sont dûs à un aléa non maîtrisable impliquant des conséquences extrêmement graves au niveau humain, environnemental et écologique.
Repérer les risques majeurs
  • - Les risques majeurs naturels
  • - Les risques majeurs technologiques
  • - Les risques majeurs liés aux transports collectifs
  • - Les risques majeurs liés aux attentats et aux intrusions.
Moyens de prévention mis en place par l'État
  • - Exercice d'alerte chaque premier mercredi du mois à midi (1'41''/5''/1'41'').
  • - Mise en place d'un plan de prévention des risques naturels (PPRN) et d'un document d'information communal sur le risques majeurs (DICRIM).
  • - Consultation libre du dossier départemental sur les risques majeurs (DDRM).

Gestes à exécuter en cas de risque majeur

  • - Se mettre à l'abri.
  • - Fermer toutes les fenêtres.
  • - Écouter les informations sur les médias.
  • - Ne pas téléphoner.
  • - Attendre le signal de fin du risque majeur avant de sortir de son abri (30 secondes en continu).

Les risques majeurs
Les risques majeurs

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Les ressources énergétiques

 

Les énergies renouvelables

L'énergie est dite renouvelable lorsqu'elle provient d'une source inépuisable, comme par exemple :

  • La chaleur de la terre grâce à laquelle on produit l'énergie géothermique.
  • Le vent qui produit l'énergie éolienne.
  • L'eau qui produit l'énergie hydraulique.
  • Le soleil dont on capte la chaleur grâce aux panneaux photovoltaïques.
  • Les marées produisent l'énergie marémotrice.

 

Les énergies non renouvelables

Ce sont les énergies utilisant des composants qui disparaissent de la terre au fur et à mesure de leur utilisation car leur fabrication nécessite énormément de temps. Elles produisent beaucoup de gaz à effet de serre. Par exemple : le charbon, le pétrole, l'uranium, le gaz, ...

 

Les conséquences environnementales et sanitaires

L'utilisation d'énergies, qu'elles soient renouvelables ou pas, a un impact nocif pour la planète car elles engendrent des gaz à effet de serre, de la pollution de l'air, l'épuisement des réserves naturelles, des dérèglements climatiques, etc.

Il est donc nécessaire de prendre conscience de l'utilisation énergétique que nous faisons au quotidien pour adopter des gestes écologiques respectueux de l'environnement !

Pour l'instant, nous utilisons près de 80% d'énergies fossiles (donc non renouvelables) et la demande d'utilisation énergétique ne fait qu'augmenter avec la croissance démographique.

 

La gestion des énergies

Au niveau national et international, des accords ont été signés pour diminuer de 35% les consommations énergétiques globales d'ici 2030 et pour favoriser les énergies renouvelables.

 

Au niveau individuel, plusieurs actions peuvent être menées quotidiennement pour diminuer notre consommation d'énergie. Par exemple :

  • Utiliser des ampoules à basse consommation (LED).
  • Éteindre complètement les appareils électroniques et ne pas les laisser en veille.
  • Réduire les chauffages.
  • Utiliser les transports en commun ou faire du covoiturage.

En résumé :

Les énergies renouvelables
  • - Ce sont toutes les énergies inépuisables telles que le soleil, le vent, les marées, la chaleur de la terre, les déchets, etc.
Les énergies non renouvelables
  • - Ce sont les énergies qui emploient des matières premières fossiles et qui nécéssitent un temps de création beaucoup plus long que la vitesse avec laquelle on les utilise. Par exemple : le charbon , l'uranium, le pétrole, le gaz naturel.
Les conséquences environnementales et sanitaires
  • - L'utilisation d'énergies engendre un grand taux de pollution atmosphérique.
  • - Les énergies non renouvelables produisent davantage de gaz à effet de serre, des changements climatiques ainsi que l'épuisement des ressources naturelles.
  • - Les besoins de consommation énergétiques croissent en même temps que la population démographique.
La gestion des énergies
  • - Au niveau collectif, divers traités ont été signés pour diminuer les consommations énergétiques de 35% d'ici 2030.
  • - Au niveau individuel, plusieurs actions peuvent être menées quotidiennement pour diminuer notre emprunte énergétique (ex. diminution du chauffage, débrancher les appareils, etc.).

Les ressources énergétiques
Les ressources énergétiques

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Le bruit au quotidien

Définition du son

Le son est une onde qui se propage à travers l'air, en milieu solide ou liquide et que l'on perçoit grâce à nos oreilles.

Le son est caractérisé par son intensité et est calculée en décibel (dB), Sa fréquence est calculée en Hertz (Hz).

La limite supportable par l'oreille humaine est un son de 90 dB. Au- delà, le son devient insupportable et engendre des lésions parfois irréversibles.

 

Fonctionnement de l'oreille

Le son vient percuter le pavillon de l'oreille externe et se propage jusqu'au tympan.

Lorsque le son arrive à l'oreille moyenne, celui-ci est alors amplifié par le marteau, l'enclume et l'étrier pour se propager jusqu'à l'oreille interne. Cette dernière transforme le son en en flux nerveux pour se propager jusqu'au cerveau par le nerf auditif.

 

Les nuisances sonores et ses conséquences sur l'être humain

Un son trop fort peut provoquer des effets néfastes auditifs (ex. des surdités) ou extra-auditifs (ex. Acouphène, stress, fatigue, troubles digestifs, nerveux, immunitaires, ...).

Il existe trois types de surdité :

  • La surdité de perception : elle provient de lésions de l'oreille externe. Les sons deviennent plus difficilement perceptibles.
  • La surdité de transmission : elle provient d'une lésion de l'oreille interne qui ne parvient plus à transmettre les sons.
  • La surdité mixte : elle implique une surdité de perception et de transmission.

Les réglementations

Pour le bien de tous, il est indispensable d'adopter une attitude civique dans la propagation des bruits et de ne pas incommoder son voisinage avec des nuisances sonores.

Il est également recommandé de ne pas écouter de sons amplifiés supérieurs à 80 dB et les infrastructures produisant des concerts (ou autre) sont dans l'obligation de fournir des protecteurs individuels contre le bruit (PICB) si le son dépasse cette limite.

 

En résumé :

Définition du son

- Le son est une onde qui se propage dans un milieu aérien, liquide ou solide et qui vient percuter l'oreille.
- L'intensité du son est calculée en décibel (dB).
- La fréquence du son est calculée en Hertz (Hz).
- La limite du supportable pour l'être humain est un son de 90dB. Au delà de cette limite, il engendre des lésions.

Fonctionnement de l'oreille

- Elle est composée de l'oreille externe, moyenne et interne.

Les nuisances sonores et ses conséquences sur l'être humain

- L'exposition à des sons trop forts provoque des surdités (de perception, de transmission ou mixte) et des désagréments extra-auditifs (acouphène, stress, fatigue, dépression, etc.).

Les règlementations

- Interdiction de nuisances sonores au quotidien.
- Interdiction pour les organismes de produire des sons de plus de 80dB. Dans le cas contraire, celui-ci doit fournir des protecteurs individuels contre le bruit.

Le Bruit au Quotidien
Le Bruit au Quotidien

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Cours PSE CAP – L’individu responsable de son capital santé

Le système de santé

Au niveau international : définition de la santé par l'OMS.

L'OMS définit la bonne santé comme étant "un état de bien-être complet physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en l'absence de maladie ou d'infirmité".

Au niveau national : Les programmes nationaux de santé (PNS) et le système de soins.

En France, il existe des programmes nationaux, renouvelés tous les 5 ans, pour sensibiliser la population aux gestes d'hygiène et à la prise en charge de chacun de sa santé.

Exemple de programmes nationaux : "Mon environnement, ma santé" 2020 – 2024" est un plan qui vise à sensibiliser les citoyens à prendre davantage conscience de son environnement car celui-ci a une influence sur la santé de l'individu.

Le système de soins permet à chaque individu de bénéficier de soins de santé chez un médecin généraliste ainsi que chez des spécialistes en étant remboursé des frais inhérents aux consultations.

Pour bénéficier du remboursement des soins de santé, chaque individu de plus de 16 ans doit souscrire une assurance maladie et avoir un médecin traitant. Il recevra alors une carte Vitale et aura également la possibilité de créer un dossier médical partagé (DMP) qui permet un meilleur suivi de sa santé.

Au niveau individuel : schéma de Dahlgren et capital santé.

Nous avons tous un capital santé qui dépend de plusieurs facteurs, Ceux-ci ont été repris par Dahlgren et Whitehead dans le schéma ci-dessous :

Le système de santé
Le système de santé

En résumé :

Point de vue international

  • Définition de la bonne santé comme étant un état de bien-être complet tant au niveau physique que psychologique et social.

Actions nationales

  • Programmes nationaux de santé (PNS) : exemple "Ma santé mon environnement 2020-2024".

Système de soins de santé français

  • - Toute personne de plus de 16 ans doit souscrire une assurance maladie.
  • - Cela implique le paiement de cotisations sociales basée sur le revenu. Celle-ci permet à chacun de bénéficier de remboursements de soins de santé (via la carte Vitale).

Possibilités individuelles

  • Facteurs influençant la santé (schéma de Dahlgren et Whitehead).
    • - Quatre facteurs externes principaux ont été relevés en plus des facteurs internes (sexe, génétique, etc.). Il s'agit du mode de vie, de l'entourage social, des conditions de vie et de travail, de l'environnement social, culturel et économique.
  • Actions influençant notre santé
    • Nous pouvons renforcer notre capital santé en menant une vie équilibrée.

Système de santé
Système de santé

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Le sommeil, un rythme biologique

 

Fonctionnement du sommeil : les cycles circadiens et phases du sommeil

Notre sommeil évolue en cycles circadiens (Le rythme circadien regroupe tous les processus biologiques cycliques d'une durée d'environ 24 heures) qui se répètent 4 à 5 fois durant la nuit.

Ces cycles ont une durée de 1 à 2 heures et sont composés de différentes phases allant d'un sommeil léger au sommeil profond. Nos cycles de sommeil peuvent être schématisés ainsi :

Endormissement -> Sommeil lent -> Sommeil paradoxal

Les fonctions du sommeil

Lors du sommeil lent, le corps récupère de la fatigue physique, psychologique et mentale. C'est également la période pendant laquelle il crée de nouvelles cellules, élimine les toxines, renforce son système immunitaire et reconstitue un stock d'énergie pour la journée suivante.

Durant le sommeil paradoxal, le corps élimine les stress, diffuse les hormones de la bonne humeur et traite tous les apprentissages faits tout au long de la journée passée.

 

Les troubles du sommeil

Un manque de sommeil ou un sommeil troublé peuvent avoir des conséquences néfastes sur notre corps et notre esprit.

Les troubles principaux du sommeil sont les insomnies, les apnées et les jambes lourdes. Ils sont entre autres influencés par notre mode de vie, des habitudes néfastes ou encore des nuisances environnementales.

 

Comment favoriser un sommeil réparateur

Voici différentes astuces qui permettent de favoriser un sommeil réparateur :

  • Se coucher à heures régulières et se relaxer.
  • Manger léger.
  • Se relever et s'occuper en cas de réveil nocturne et retourner se coucher lorsque le nouveau cycle de sommeil apparaît.
  • Pratiquer une activité physique en après-midi.
  • Créer des conditions apaisantes pour s'endormir harmonieusement (silence, obscurité, éviter les écrans, etc.)

 

En résumé :

Fonctionnement du sommeil

  • - Le sommeil se déroule en cycle circadien d'une durée moyenne d'1h30.
  • - Il est constitué d'une phase de sommeil lent et d'une phase de sommeil paradoxal.

Les fonctions du sommeil

  • - Il permet la création de nouvelles cellules.
  • - Il restaure notre corps en évacuant les toxines et les stress.
  • - Il renforce notre immunité.
  • - Il permet de mémoriser les nouveaux apprentissages de la journée.
  • - Il génère un nouveau stock d'énergie pour la journée à venir.

Les troubles du sommeil

  • - Il s'agit principalement des insomnies, des apnées, du syndrome des jambes lourdes, de sommeil agité ou de difficultés à s'apaiser.
  • - Les troubles du sommeil sont en grande partie influencés par notre mode de vie.

Actions pour un sommeil réparateur

  • - Se coucher à heures régulières.
  • - Manger équilibré et léger.
  • - Pratiquer une activité sportive régulière.
  • - Créer un environnement apaisant pour le sommeil.
  • - Se relever en cas d'insomnie jusqu'à la venue d'un nouveau cycle de sommeil.

Le sommeil, un rythme biologique
Le sommeil, un rythme biologique

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

L'activité physique

Définition de l'activité physique

L'activité physique concerne tout ce qui touche au mouvement :faire du sport bien sûr mais aussi jardiner, marcher de manière soutenue, etc.

Il est recommandé de solliciter son corps de façon sportive au minimum 30 minutes par jour pour les adultes et 1h/jour pour les enfants.

 

Fonctionnement du corps humain

Le corps humain est constitué de différents muscles qui interagissent lors de l'effort physique.

On classe les muscles selon leur forme :

  • Les muscles en fuseau (par exemple les biceps).
  • Les muscles plats (par exemple le diaphragme).
  • Les muscles en anneau (par exemple le sphincter).

Et selon leur localisation :

  • Les muscles viscéraux.
  • Les muscles cardiaques.
  • Les muscles squelettiques.

 

Lors de l'effort physique, tout le corps est sollicité. Ainsi, la peau transpire afin de réguler la température. L'appareil cardio-vasculaire fait circuler davantage de sang pour apporter plus de dioxygène et de nutriments au muscles. Enfin, l'appareil respiratoire (les poumons) se dilate pour oxygéner davantage le corps.

 

Risques liés à la sédentarité

Le manque d'activité physique peut avoir des conséquences vraiment néfastes pour l'individu. En effet, la sédentarité est considérée comme l'une des quatre causes principales de décès dans le monde.

 

Bienfaits d'une activité physique régulière

Pratiquer une activité physique quotidienne apporte :

  • Le bien-être et le maintien physique et mental.
  • La réduction du stress, des maladies et des états dépressifs.
  • L'amélioration de l'état de santé et de notre condition physique.

 

En résumé :

Définition de l'activité physique

  • - L'activité physique impliquent tous les mouvements exécutés de manière soutenues (sport, marche, ...).
  • - L'OMS conseille un minimum de 30 minutes par jour d'activité physique pour les adultes et au moins 1 heure pour les enfants.

Fonctionnement du corps humain

  • - Toutes les parties du corps et les fonctionnalités (respiration, rythme cardiaque, transpiration, ...) sont interreliées et travaillent ensemble.
  • - Les muscles sont classés selon leur forme (en anneau, plats, en fuseau) et leur localisation (squelettiques, cardiaques, viscéraux).

Risques liés à la sédentarité

  • - La sédentarité est l'une des 4 principales causes de mortalité.

Bienfaits d'une activité physique régulière

  • - Elle apporte bien-être, diminution du stress et des maladies.
  • - Elle renforce notre système immunitaire et notre ossature.
  • - Elle améliore notre santé mentale et physique.

Activité physique
Activité physique

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Les addictions

Définition

L'addiction est définie comme étant une dépendance physique ou psychologique à une substance ou à un comportement. Ceux-ci peuvent être licites ou illicites.

Pour nous aider à savoir si un individu est soumis à un comportement addictif, nous pouvons nous référer aux 11 critères émis par l' American Psychiatric Association. Si nous répondons positivement à 2 ou plus de ces critères cela signifie que nous sommes addictifs faiblement, modérément ou de manière aiguë.

Les facteurs conduisant aux addictions

Certaines substances telles que l'alcool, le cannabis et diverses drogues sont constituées des produits addictifs et ont donc une influence sur l'état de dépendance de l'individu.

D'autre part, nous ne sommes pas tous égaux dans notre capacité à contrôler les effets addictifs des comportements et des produits. En effet, notre environnement social, environnemental mais aussi nos gènes influent sur nos comportements addictifs.

Les conséquences des addictions

Après une courte durée d'euphorie, les addictions provoquent un mal-être physique et mental. Si la prise de produits addictifs persiste dans le temps, l'isolement, la fatigue et une certaine inertie peuvent subvenir puis des maladies et des dégradations physiques voire la mort.

Les comportements addictifs peuvent également être source de difficultés professionnelles, familiales et sociales.

Les actions préventives mises en place par l'État

L'entourage social peut avoir un impact positif ou négatif sur les comportements addictifs d'un individu.

De plus, l'État a mis en place une série d'actions préventives pour sensibiliser les citoyens aux risques d'addiction. Des structures anonymes et gratuites pour l'accompagnement des personnes souffrant d'addictions existent également.

Il existe enfin plusieurs lois qui réglementent et punissent les comportements addictifs et aussi leur vente.

 

En résumé

Définition

  • - L'addiction est une dépendance à une substance (drogues, alcool, etc.) ou à un comportement (jeux, réseaux sociaux, ...).

Les facteurs conduisant aux addictions

  • - Nous ne sommes pas tous égaux devant les addictions. Des facteurs internes et externes peuvent être influents. (gènes, environnement social et familial, ...).
  • - Certaines substances contiennent des produits addictogènes qui conduisent à la dépendance.

Les conséquences des addictions

  • - Les addictions provoquent des dégradations physiques et mentales ainsi que des maladies.
  • - Elles ont également un effet néfaste sur nos relations familiales, amicales et professionnelles.

Les actions préventives mises en place part l’État

  • - L'État a mis en place des centres d'aide et d'écoute gratuits.
  • - D'autre part, la consommation et la vente de substances illicites entrainent des sanctions pénales (amende et emprisonnement).

Les addictions
Les addictions

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Sexualité et moyens de contraception

 

Fonctionnement du corps humain

A partir de la puberté, le corps de l'homme produit 300 millions de spermatozoïdes par jour et ce, jusqu'à sa mort. La durée de vie d'un spermatozoïde est d'environ deux jours.

A partir de la puberté et jusqu'à la ménopause, la femme produit un ovule chaque mois qui mourra au bout de cinq jours s'il n'est pas fécondé.

 

La nidification

La nidification se produit lorsqu'un ovule est fécondé par un spermatozoïde. Le zygote (l'œuf) se loge alors dans l'utérus et continue sa gestation.

 

Les moyens de contraception

Pour éviter la fécondation, il existe plusieurs moyens de contraception masculine ou féminine.

L'homme peut utiliser un préservatif (contraception mécanique) ou faire une vasectomie.

La femme peut utiliser un moyen de contraception mécanique (stérilet au cuivre, préservatif féminin) ou une contraception chimique (pilule, stérilet hormonal, implant, patch, anneau, injection).

 

Les contraceptions d'urgence

En cas de doute, il existe également la pilule du lendemain qui empêche l'ovulation et la nidification du zygote. Elle est transmise par les pharmacies sans prescription médicale.

Si la femme a une grossesse non désirée et qu'elle ne souhaite pas la poursuivre, elle a la possibilité de faire une interruption de grossesse (IVG) dans les 12 premières semaines de grossesse.

 

Les centres d'aide

Il existe des espaces d'écoute, appelés plannings familiaux, et des centres médicaux gratuits et anonymes pour toutes personnes ayant besoin d'un accompagnement dans ce domaine. Un numéro gratuit est également disponible en cas de décision d'IVG : 0800 08 11 11.

 

En résumé :

Fonctionnement

  • - Chez l'homme : production de spermatozoïdes.
  • - Chez la femme : production d'ovules jusqu'à la ménopause.

La nidification

  • - Fécondation de l'ovule dans les trompes de fallope
  • - Nidification dans l'utérus
  • - Développement du zygote en embryon puis en fœtus.

Les moyens de contraception

  • - Contraception mécanique masculine : préservatif ou vasectomie.
  • - Contraception mécanique pour la femme : préservatif féminin ou stérilet en cuivre.
  • - Contraception chimique pour la femme : pilule, patch, anneau, injection, stérilet hormonal.

Les contraceptions d'urgence

  • - Pilule du lendemain.
  • - IVG en cas de grossesse non désirée possible jusqu'à 12 semaines après la conception.

Les centres d'aide

  • - Les centres de plannings familiaux sont gratuits et anonymes.
  • - On peut y trouver une aide psychologique et médicale.
sexualité et contraception
sexualité et contraception

Les infections sexuellement transmissibles (IST)

Définition

Les IST sont des maladies transmises sexuellement ou par contact sanguin qui sont infectieuses. Leurs symptômes ne sont pas toujours tout de suite visibles. Certaines maladies sont curables mais d'autres comme le virus du sida et les hépatites sont mortelles.

 

Les différents types d'IST

Les virus
  1. Le papilloma virus (HPV)
  • Transmission : par pénétration ou contact bouche-sexe/anus, peau contre peau, de la mère à l'enfant pendant la grossesse.
  • Symptômes : verrues sur les organes.
  1. L'herpès
  • Transmission : par lésion, contact avec une muqueuse ou contact bouche-sexe.
  • Symptômes : vésicules, aphtes génitaux ou sur les lèvres.
  1. L' hépatite B
  • Transmission : par voie sexuelle, contact bouche-sexe-anus ou par voie sanguine.
  • Symptômes : fatigue, troubles digestifs, jaunisse.
  1. L' hépatite C
  • Transmission : par voie sanguine ou sexuelle.
  • Symptômes : fatigue, troubles digestifs, jaunisse.
  1. Le virus du sida
  • Transmission : par voie sexuelle, sanguine et contact bouche-sexe/anus.
  • Symptômes : fièvre, diarrhée et diminution du système immunitaire.

 

Les bactéries
  1. La chlamydiose
  • Transmission : par voie sexuelle, contact bouche-sexe-anus ou de la mère à l'enfant.
  • Symptômes : écoulement, brûlures, démangeaisons, douleurs abdominales.
  1. La gonorrhée
  • Transmission : par voie sexuelle, contact bouche-sexe-anus ou de la mère à l'enfant pendant la grossesse.
  • Symptômes : écoulement, brûlures, démangeaisons.
  1. La syphilis
  • Transmission : par voie sexuelle, sanguine et contact bouche-sexe/anus ou de la mère à l'enfant.
  • Symptômes : aphtes, brûlures, ganglions, taches rosées, atteintes neurologiques, osseuses et des artères.

 

Les champignons
  1. La candidose :
  • Transmission : par pénétration, contact bouche-sexe ou à cause d'une flore intestinale en mauvaise santé.
  • Symptômes : Démangeaisons, écoulement et rougeurs.

 

Les parasites
  1. L'infection à trichomonas :
  • Transmission : par pénétration ou contact bouche-sexe.
  • Symptômes : démangeaisons et écoulement.

 

Les moyens de prévention des IST

Le meilleur moyen de se protéger contre les IST est d'utiliser des préservatifs et de faire régulièrement des tests de dépistage en cas de partenaires variés.

 

En résumé

Définition

  • - Maladies transmises sexuellement, le plus souvent lorsqu'il y a un contact sexuel, oral ou sanguin ou cutané.
  • - Si certaines maladies sont curables, d'autres sont mortelles (ex. virus du sida).

Les virus

  • - Le papillomavirus (HPV)
  • - L' herpes
  • - L' hépatite B
  • - L' hépatite C
  • - Le virus du sida

Les bactéries

  • - La chlamydiose
  • - La gonorrhée
  • - La syphilis

Les champignons

  • - La candidose

Les parasites

  • - L'infection à trichomonas

Les moyens de prévention des IST

  • - La meilleure prévention est d'utiliser un préservatif lors de rapports sexuels.
  • - Il est également important de faire des tests de dépistage dès que l'on change de partenaire.

Infections sexuellement transmissibles - IST
Infections sexuellement transmissibles - IST

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Développer une alimentation équilibrée

Composante d'une alimentation équilibrée

Une alimentation est équilibrée lorsqu'elle est constituée de tous les nutriments dont le corps à besoin (40 à 55% de glucides, 35 à 40% de lipides et 10 à 20% de protéines) et ce, en quantité suffisante. Elle doit également couvrir, si possible, toute la plage alimentaire.

Notre alimentation doit pourvoir aux besoins énergétiques, fonctionnels et plastiques de notre corps.

Un menu équilibré peut se composer comme tel :

  • Entrée : crudité.
  • Plat principal : viande, volaille, poisson ou œufs + légumes + féculents/légumineuses.
  • Dessert : fruit/compote ou produits laitiers.

Une alimentation est suffisante lorsque la sensation de faim a disparu.

 

Facteurs influençant la composition des menus

L'alimentation d'une personne est influencée par son âge, son sexe, son niveau d'activité physique et son état physiologique (ex. grossesse).

Les hommes consomment en moyenne 11 000 Kj par jour tandis que la femme n'en consomme que 8500 Kj.

Freins à une alimentation équilibrée

Les contraintes professionnelles peuvent constituer un frein à une alimentation équilibrée. Il faut donc autant que possible diminuer ces contraintes quitte à adapter nos heures de repas pour ne pas développer des carences ou des excès dus à des temps de grignotages.

 

Carences/surpoids/grignotage

Une alimentation déséquilibrée peut provoquer des carences de nutriments et de vitamines. Sur du long terme, elles peuvent être dangereuses pour le corps.

A contrario, une alimentation trop riche ou un grignotage démesuré entraîne un surpoids. Cela est aussi dangereux pour l'organisme et peut provoquer des maladies.

 

En résumé :

Composante d'une alimentation équilibrée

  • - Notre alimentation doit être composée de 40 à 55% de glucides, 35 à 40% de lipides et 10à 20% de protéines.
  • - Se nourrir de manière variée en couvrant toute la plage alimentaire permet de tendre vers une alimentation équilibrée.

Facteurs influençant la composition des menus

  • - Âge, sexe, état physiologique et activités sportives.

Freins à une alimentation équilibrée

  • - Notre travail et le stress peuvent être des freins à une alimentation équilibrée.
  • - Importance d'adapter si possible nos besoins alimentaires avec notre mode de vie.

Carences/surpoids/grignotage

  • - Il faut être attentif à ne pas avoir de carences alimentaires (à cause d'un régime par exemple).
  • - Importance également de ne pas engendrer de surpoids à causes de grignotages.
  • - les carences ou le surpoids peuvent provoquer des maladies.

Développer une alimentation équilibrée
Développer une alimentation équilibrée

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

PSE CAP AEPE

Epreuve de PSE au CAP Petite Enfance AEPE

L'Epreuve de PSE au CAP Petite Enfance AEPE

Extrait du bulletin officiel de l'éducation nationale : L’enseignement de prévention-santé-environnement (PSE) conforte et complète les acquis de la scolarité obligatoire, notamment ceux relevant de la culture scientifique et de la maîtrise de la langue. Il contribue aux actions prioritaires d’éducation et de prévention définies par les plans nationaux et européens dans les champs de la santé, de l’environnement et de la santé au travail. Il participe également à la construction du parcours éducatif de santé et du parcours citoyen.

Durée de l'épreuve de PSE

L'épreuve est une épreuve ponctuelle écrite d'une heure

Déroulement de l'épreuve de PSE

Elle est formée de deux parties indépendantes correspondant aux 4 thématiques du programme (voir ci-dessous)

Première partie de l'épreuve de PSE : sur 12 points

Constituée de plusieurs questions indépendantes ou liées sur la thématique A et la thématique B et/ou D

Deuxième partie de l'épreuve de PSE : sur 8 points

Constituée de plusieurs questions indépendantes ou liées sur la thématique C

Cette deuxième partie est elle-même constituée de deux parties :

      • La première sur 5 points sur l'analyse du risque et les connaissances sur l'environnement professionnel
      • La seconde sur 3 points sur les conduites à tenir dans une situation d'urgence

Conseils pour réussir l'épreuve de PSE

      • Comme dans d'autres épreuves, beaucoup de réponses se retrouvent dans l'énooncé de la question posée
      • Idem, dans la documentation : prenez bien le temps de la lire
      • Si on vous donne une heure, profitez-en : prenez votre temps, faites appel à vos connaissances et aux vidéos que vous avez vues

Thématiques de l'épreuve de PSE au CAP Petite Enfance

Thématique A : L’individu responsable de son capital santé

Module A1 : Le système de santé

      • Ce module vise à développer la notion de « capital santé » afin que l’élève prenne conscience de sa responsabilité vis-à-vis de sa santé et de celle des autres, dans un système de santé solidaire.
      • La politique de santé donne lieu à des plans nationaux dont les enjeux sont la prévention collective et individuelle. Elle repose sur un principe de solidarité nationale garantissant l’accès à la santé pour tous.

Module A2 : Le sommeil, un rythme biologique

      • Ce module vise à démontrer l’importance du rôle du sommeil pour la santé d’un individu. L’élève examine les effets du travail de nuit et la notion de rythme biologique ; il comprend la nécessité d’adopter un mode de vie favorisant un sommeil récupérateur.

Module A3 : L’activité physique

      • Ce module vise à démontrer les bienfaits sur l’organisme d’une activité physique nécessaire au bien-être physique, mental et social. L’élève comprend que la contraction musculaire est liée à la dépense énergétique. L’activité physique ne se limite pas à une activité sportive de loisir ou de compétition : il s’agit de toute forme de mouvement. Cette activité prévient les effets d’une sédentarité excessive.

Module A4 : Les addictions

      • Ce module vise à montrer que l’addiction ne se limite pas à la consommation de produits mais peut aussi concerner des comportements (jeux en ligne, fréquentation assidue des réseaux sociaux…). L’étude des effets des substances (alcool, cannabis) permet d’en distinguer la dangerosité. La connaissance du cadre réglementaire de la prévention et de la répression conforte cette attitude éclairée.

Module A5 : La sexualité – la contraception

      • Ce module apporte les connaissances des étapes et des organes de la reproduction nécessaires à la compréhension des modes d’action des différents moyens de contraception. Il sensibilise l’individu aux enjeux d’un comportement respectueux et responsable pour lui et les autres.

Module A6 : Prévenir les infections sexuellement transmissibles

      • Ce module vise à apporter des connaissances scientifiques sur les infections sexuellement transmissibles (IST) afin que l’élève mesure leur dangerosité, identifie les comportements à risques et adopte des mesures de prévention adaptées, dans le respect de soi et du partenaire.

Module A7 : L’alimentation adaptée à son activité

      • Ce module vise à conforter la connaissance des principes de l’équilibre alimentaire pour ensuite les adapter en tenant compte des contraintes liées à son activité professionnelle.

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Thématique B. l’individu responsable dans son environnement

Module B1 : Les ressources en eau

      • Ce module vise à sensibiliser les élèves aux enjeux planétaires et locaux de la gestion de l’eau et à développer chez eux un comportement éthique et responsable dans leur consommation en eau au quotidien.

Module B2 : Les risques majeurs

      • Les événements naturels (inondations, tempêtes, cyclone…) étant de plus en plus fréquents en France (métropole et outre-mer), ce module vise à former des citoyens capables de comportements adaptés au risque et d’en limiter les conséquences.

Module B3 : Les ressources en énergie

      • Ce module vise à sensibiliser aux enjeux planétaires, notamment écologiques, de la gestion des ressources en énergie. L’élève acquiert des connaissances sur l’exploitation des ressources et la consommation des énergies. Il est sensibilisé aux économies d’énergie.

Module B4 : Le bruit au quotidien

      • Ce module vise à apporter des connaissances scientifiques sur l'audition et le bruit afin que l'élève adopte un comportement instruit des risques liés au bruit et soucieux de sa prévention.

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Thématique C. l’individu dans son milieu professionnel, impliqué dans la prévention des risques

Module C1 : Les différents contrats de travail

      • Ce module vise à faire découvrir les différentes formes de contrat de travail et les conventions collectives que l’élève peut être amené à rencontrer dans son parcours professionnel.

Module C2 : Les enjeux de la « santé et sécurité au travail »

      • Ce module sensibilise l’élève, qui débute sa formation professionnelle en établissement et en entreprise, aux enjeux de la santé et de la sécurité au travail.
      • À partir de statistiques d’accidents du travail et de maladies professionnelles dans le secteur concerné, il mesure les enjeux et identifie les principaux risques de son secteur professionnel.
      • Des connaissances réglementaires sont abordées pour que le futur professionnel soit autonome dans les démarches qu’il conduira en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle.

Module C3 : La démarche de prévention appliquée à une activité de travail

      • Dans ce module qui présente les bases incontournables de l’analyse d’une « activité de travail », l’élève comprend l’importance de respecter les consignes de sécurité.
      • Il utilise des outils méthodologiques d’analyse pour dégager les composantes d’une activité de travail et identifier, à travers leur mise en relation, les dangers potentiels liés au poste de travail.
      • Il prend conscience des risques et adopte une attitude responsable pour garantir sa sécurité et celle des autres.

Module C4 : La démarche de prévention appliquée à un risque spécifique au métier

      • Ce module vise à appliquer au métier, pour un risque prépondérant, la démarche d’analyse du risque en vue de choisir l’ensemble des mesures de protection adaptées.

Module C5 : Les risques liés à l’activité physique du métier

      • Ce module vise à démontrer que, si l’activité physique est indispensable et même souhaitable pour un bon état de santé, elle peut, dans l’exercice du métier, être source d’atteintes de l’appareil locomoteur ou cause d’accidents qui peuvent entraîner une inaptitude au travail.
      • L’élève doit être capable de comprendre les liens entre sa posture, sa fatigue musculaire lors d’une activité de travail et les risques d’atteinte à sa santé afin d’envisager des mesures de protection collectives et individuelles et de les mettre en œuvre.

Module C6 : Les acteurs et les organismes de la prévention

      • Ce module vise à identifier les acteurs de prévention internes et externes à l’entreprise ainsi que leurs missions afin que l’élève identifie les bons interlocuteurs auxquels il faut soumettre une question relative à la prévention des risques professionnels

Module C7 : Le suivi médical des salariés et la vaccination

      • Ce module vise à démontrer l’importance d'un suivi médical dans le cadre professionnel. La connaissance de ce suivi et des enjeux de la vaccination permet également de comprendre comment une attitude responsable vis-à-vis de sa propre santé engage aussi celle des autres.

Module C8 : La gestion des situations d’urgence

      • Ce module vise à former des Sauveteurs Secouristes du Travail capables d’intervenir rapidement et efficacement lors d'une situation d'accident du travail. Cette formation permet d’acquérir les compétences nécessaires pour apporter les premiers secours en attendant l’arrivée des secours.
      • La formation est dispensée par un formateur SST à jour de ses recyclages en référence au « guide technique et document de référence de la formation SST (INRS) ».

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Thématique D. l’individu consommateur averti

Module D1 : L’assurance

      • Ce module vise à faire comprendre à l’élève la nécessité de souscrire une assurance. Il permet d’en définir les composantes afin que le futur consommateur puisse réaliser un choix éclairé parmi les offres qui lui sont proposées.

Module D2 : Le budget

      • Dans ce module, l’élève apprend à utiliser des outils facilitant la gestion du budget et prend conscience de la nécessité de développer un regard critique sur les propositions de crédit, afin d’adopter une attitude responsable et d’éviter le surendettement.

Module D3 : Les achats

      • Ce module vise à susciter chez l’élève une réflexion avant tout acte de consommation et à développer son esprit critique vis-à-vis des diverses sollicitations d’achats.

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours