N°1 des Prix sur les Formations Concours de la Fonction Publique

L’assurance

Fonctionnement d’une assurance

L’assurance est une cotisation qu’un individu paie pour être indemnisé en cas de sinistre (accident, maladie, dégâts naturels, …). Toutes les assurances sont contractuelles.

Certaines assurances prévoient des clauses qui stipulent que dans certains cas particuliers, l’assuré n’est pas couvert (par exemple en cas d’accident en état d’ivresse).

Toutes les assurances doivent respecter les textes de lois relatifs aux domaines auxquels elles se réfèrent (Code du travail, Code de la sécurité sociale, etc.).

 

Assurances obligatoires/assurances facultatives

Certaines assurances sont obligatoires, à savoir :

  • L’assurance maladie.
  • L’assurance responsabilité civile.
  • L’assurance habitation lorsqu’on est locataire.
  • L’assurance voiture lorsqu’on possède un véhicule.

D’autres assurances sont facultatives telles que l’assurance crédit, l’assurance maladie complémentaire, les assurances scolaires, etc.

 

Marche à suivre en cas de sinistre

En cas de sinistre, plusieurs cas de figure sont à envisager :

  • En cas de vol, l’assuré doit déposer une plainte auprès d’un poste de police puis transmettre le procès-verbal à l’assurance dans les 2 jours.
  • En cas d’accident, d’incendie ou de dégâts des eaux, l’assuré doit envoyer le constat ou un courrier dans les 5 jours qui ont suivi le sinistre.
  • En cas de catastrophe naturelle, l’assuré a 10 jours pour déclarer le sinistre à l’assurance.

Les déclarations peuvent généralement se faire par email avec un document téléchargeable sur internet sur le site de l’assurance.

 

En résumé

Fonctionnement d’une assurance
  • – L’assureur et l’assuré établissent un contrat signé.
  • – L’assuré paie des primes mensuelles/annuelles et, en contre partie, est assuré contre des sinistres potentiels.
  • – Certaines clauses de contrat peuvent exister qui précisent que l’assuré n’est pas assuré dans certaines conditions.
Assurances obligatoires
  • – L’assurance maladie.
  • – L’assurance responsabilité civile.
  • – L’assurance habitation en cas de location.
  • – L’assurance voiture.
Marche à suivre en cas de sinistre
  • – Faire un constat/un procès-verbal.
  • – Transmettre le constat à l’assurance dans les 2/5/10 jours selon la situation.
Cours PSE Assurance
Cours PSE Assurance

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Le budget et les crédits

Les recettes

Les recettes sont constituées de tout l’argent gagné ou reçu et qui représentent la somme mensuelle ou annuelle que nous avons à disposition pour faire face aux diverses dépenses de la vie courante.

Il peut s’agir de recettes dues à un travail, des biens immobiliers, etc. Il peut également s’agir de revenus de transferts tels que des allocations de chômage, retraite, etc.

Les dépenses

Les dépenses impliquent tous les frais que l’on rencontre dans la vie courante.

Il y existe des dépenses incompressibles (qu’on ne peut pas diminuer) comme les assurances, les impôts, les frais de logement et des dépenses compressibles telles que l’alimentation, l’habillement, les soins de santé, les transports, les loisirs.

La différence entre les recettes et les dépenses constitue le solde qu’il reste.

 

La gestion du budget

Trois types de situations peuvent survenir :

  • Être en budget excédentaire : Les recettes sont plus élevées que les dépenses et il est donc possible de faire des économies ou de faire face à des situations imprévues.
  • Être en équilibre : les recettes sont égales aux dépenses. Il n’y a donc pas de déficit mais il n’est pas pour autant évident de faire face à l’imprévu.
  • Être en déficit : Dans ce cas, les dépenses sont plus grandes que les recettes et celles-ci ne suffisent pas à couvrir les frais quotidiens.

Il est donc conseillé de constituer autant que possible une épargne de précaution pour faire face aux dépenses imprévues.

 

Les conditions de crédit

Le prêteur doit s’assurer que la personne qui emprunte est suffisamment solvable. Le remboursement de l’emprunt ne peut pas dépasser 30% de son revenu. Il doit par ailleurs, faire signer un contrat de crédit avec un bordereau de rétractation. Celui-ci permet à l’emprunteur de résilier le contrat de crédit dans les 14 jours.

L’emprunteur doit fournir toutes les pièces justificatives qui attestent de sa capacité à emprunter.

 

Le crédit à la consommation

C’est la possibilité d’acheter quelque chose impliquant de grands frais (maison, voiture, …) en faisant un crédit et en remboursant en plusieurs mensualités.

Le crédit à la consommation permet d’avoir accès à des biens plus chers en les acquérant petit à petit mais cela donne également l’impression que l’on peut tout avoir facilement provoquant alors un risque de surendettement.

De plus, le crédit à la consommation implique généralement un taux d’intérêt relativement important qui est à rembourser en plus du produit acheté.

 

Démarche à suivre en cas de surendettement

Le surendettement peut provenir d’une surcharge de dettes. Il s’agit alors de surendettement dit actif.

Il peut également venir d’un accident ou d’une maladie qui provoque une diminution des revenus. Il s’agit alors d’un surendettement dit passif.

Dans les deux cas, la personne endettée doit se faire accompagner par une assistante sociale qui l’aidera à échelonner ses dépenses et les remboursements des dettes. L’assistante sociale cherchera également avec la personne endettée des créanciers qui permettent de l’aider à échelonner les remboursements des dettes.

 

En résumé :

Les recettes

= Tout l’argent que l’on gagne ou reçoit par mois ou par an.

Les dépenses

= Tous les frais de la vie quotidienne.

  • – Ces frais peuvent être incompressibles ou compressibles.
La gestion du budget
  • – Budget excédentaire.
  • – Budget en équilibre.
  • – Budget déficitaire.
  • – Il est conseiller de constituer autant que possible une épargne de précaution.
Les conditions de crédit
  • – Le créditeur doit s’assurer que l’emprunteur est solvable.
  • – Le crédit ne peut pas dépasser les 30% des revenus de l’emprunteur. Celui-ci doit montrer des pièces justificatives.
  • – Un contrat doit être signé et peut être rétracté dans les 14 jours.
Le crédit à la consommation
  • – Crédits octroyés en cas d’achats de produits coûteux impliquant un remboursement mensuel et un taux d’intérêt à rembourser également.
Démarche à suivre en cas de surendettement
  • – Aide d’une assistante sociale pour échelonner les remboursements.
  • – Demande de soutien de créanciers.
Budget et crédits
Budget et crédits

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Les achats

Les e-commerces : avantages et inconvénients

Les e-commerces sont des commerces virtuels qui vendent des produits par internet.

 

Les avantages des e-commerces sont :

  • L’existence d’un large choix et la possibilité de comparer les prix ainsi que de profiter de promotions intéressantes.
  • Un gain de temps : il ne faut pas se déplacer jusqu’au magasin et on est livré à la maison ou dans un point relais.
  • La possibilité de consulter les avis des consommateurs sur les produits en ligne.
  • La possibilité d’achat à n’importe quel moment de la journée.

 

Les inconvénients d’achat sur les e-commerces sont :

  • Le délai de livraison.
  • Le risque de fraudes et d’escroqueries.
  • La complexité des démarches en cas de réclamation dans certains cas.
  • La connexion internet lente si le site est saturé de consommateurs.

 

Les critères pour le choix d’un produit

Plusieurs critères sont pris en considération par l’acheteur selon le produit convoité. Á savoir :

  • Le prix.
  • La qualité (lieu de production, certifications, qualités nutritionnelles).
  • Le mode de production.
  • L’usage.
  • Le budget de l’acheteur.

 

DLC et DDM

La DLC est la date limite de consommation. Elle est indiquée sous la mention “Á consommer avant le …” ou “Á consommer jusqu’au …” Au delà de cette date, le produit peut s’avérer toxique pour l’individu.

La DDM, quant à elle, est la date de durabilité minimale. Elle est mentionnée comme suit : “Á consommer de préférence avant le …” La consommation de l’aliment au-delà de cette date n’est pas risquée pour le consommateur. L’aliment perd juste en qualité nutritionnelle.

 

Mentions obligatoires

Les mentions obligatoires sur l’emballage des produits sont les suivantes :

  • La dénomination de la vente.
  • La liste des ingrédients et les éléments allergènes.
  • La quantité nette.
  • La date de consommation.
  • Le mode d’emploi.
  • L’étiquetage nutritionnel.
  • Le lot de fabrication.
  • Les coordonnées du fabricant.
  • L’origine.
  • La marque.

Mentions facultatives

Les mentions facultatives sont :

  • Les sigles attestant de la qualité du produit.
  • Les logos de recyclage.
  • Les codes-barres et le logo nutri-score.
  • Les mentions réglementées (par ex. “fermier”).

 

En résumé :

Les e-commerces : avantages et inconvénients

– Action d’acheter sur internet.
– Aspects positifs : possibilité d’achat à tout moment ; gain de temps et d’énergie ; large choix ; consultation d’avis et de comparatifs.
– Aspects négatifs : existence d’escroqueries et de fraudes ; délai de livraison ; complexité en cas de plainte ; connexion lente si le réseau est saturé.

Les critères pour le choix d’un produit

– Prix.
– Qualité.
– Mode de production.
– Usage.
– Budget.

DLC et DDM

– DLC = date limite de consommation.
– DDM = date de durabilité minimale.

Mentions obligatoires

La dénomination de la vente.
La liste des ingrédients et les éléments allergènes.
– La quantité nette.
– La date de consommation.
– Le mode d’emploi.
– L’étiquetage nutritionnel.
– Le lot de fabrication.
– Les coordonnées du fabricant.
– L’origine.
– La marque.

Mentions facultatives

– Les sigles attestant de la qualité du produit.
– Les logos de recyclage.
– Les codes-barres et le logo nutri-score.
– Les mentions réglementées (par ex. “fermier”).

Aide guidée pour le

CAP AEPE

95% de réussite

100% Gratuit par LaBoiteAConcours

SANS UTILISATION du CPF



Préparation ATSEM

DIGITALE

100% en ligne


Préparation ATSEM

CLASSIQUE

En ligne et suivi personnalisé, oral avec expert concours

Préparation ATSEM

INTEGRALE

Version en ligne, version papier, suivi personnalisé, oral avec expert concours

Cours PSE CAP – L’individu Consommateur Averti